Quel est l’impact du pharmacien aux urgences sur l’usage des antibiotiques IV?

Hunt A, Nakajima S, Hall Zimmerman L, Patel M. Impact of prospective verification of intravenous antibiotics in an ED. Am J Emerg Med. 2016 Dec;34(12):2392-2396.

Ce que cette étude  nous apprend :

  • Étude rétrospective avant/après au sein du département des urgences New Hanover Regional Medical Center, Wilmington, États-Unis
  • Deux échantillons de 64 patients âgés de 65,2+/- 17 ans. Ceux admis aux urgences entre juillet 2015 et octobre 2015 constituaient le groupe contrôle et ceux admis aux urgences entre octobre 2015 et janvier 2016 constituaient le groupe intervention. Les patients étaient principalement admis pour une infection pulmonaire (44%)  ou urinaire (18 %) et les caractéristiques entre les deux groupes étaient significativement non différentes sauf  la créatinine sérique.
  • L’intervention pharmaceutique consistait en la vérification de toute ordonnance d’antibiothérapie IV aux urgences avant la dispensation.
  • L’étude  évalue l’impact de l’intervention, en regard d’un usage empirique approprié,sur le délai d’administration des antibiotiques. La durée d’hospitalisation et la mortalité ont également été explorées en lien avec l’intervention.
  • Suite à l’intervention : réduction du délai d’initiation des thérapies. Contrôle: 15,2 +/- 22,8h. Intervention: 8,1 +/- 8,6h. (p < 0,03)
  • Suite à l’intervention : augmentation du pourcentage des usages empiriques appropriés. Contrôle : 66%. Intervention : 92%. (p= 0,0001)
  • L’intervention  n’a pas montré de différence significative sur la durée d’hospitalisation que cela soit en unité de soins ou aux soins intensifs.  Hospitalisation:  5,4+/- 3 jours en pré intervention vs 6,6+/-6,8 jours en post intervention (p=0,52). Soins intensifs : 4,6+/-6,1 jours en pré intervention vs 4,7+/-6,1 jours en post intervention (p=0,98).
  • L’intervention  n’a pas montré d’impact sur le taux de mortalité.

Ce que nous savions déjà :

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la gestion des antibiotiques et des maladies infectieuses sont bien documentés.
  • Une étude évalue  également l’impact de la présence du pharmacien aux urgences sur les délais d’administrations  des thérapies en cas de sepsis PMID27503060.
  • Une étude évalue l’impact du pharmacien sur l’utilisation rationnelle des antibiotiques PMID26104036.
  • Quatre études rapportent les retombées positives du pharmacien dans un programme de gestion de l’antibiothérapie sur la mortalité PMID10674779, PMID25892314, PMID17823105, PMID16030370.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie, en particulier la fiche synthèse Infectiologie pour en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien dans ce domaine.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Quel est l’Impact clinique et microbiologique de l’intervention pour les patients ?
  • Quel est l’impact économique associé ?
  • La taille de l’échantillon est-elle suffisante ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Proposer l’ajout d’un pharmacien clinicien dans le département d’urgence de votre établissement de santé.
  • Développer des guides concernant l’utilisation appropriée des antibiotiques afin de prévenir l’utilisation excessive de ceux-ci et de diminuer le risque de résistance.
  • Mettre en place, dans votre milieu de pratique, un outil qui permet d’avoir des indicateurs de performance.
  • Utiliser les outils informatiques pour optimiser la qualité de la prise en charge (p.ex notifications de résultats microbiologiques)

Auteurs : Éléonore Ferrand, Kristina Bourdeau

Création : 25 avril 2019

Publicités

Le pharmacien optimise-t-il la prise en charge des patients SARM+ traités par vancomycine ?

Hirano R, Sakamoto Y, Kitazawa J, Yamamoto S, Tachibana N. Pharmacist-managed dose adjustment feedback using therapeutic drug monitoring of vancomycin was useful for patients with methicillin-resistant Staphylococcus aureus infections: a single institution experience. Infect Drug Resist. 2016 Oct 14;9:243-252.

Ce que cette étude nous apprend :

  • Étude avant/après rétrospective, conduite au Prefectural Central Hospital de Aomori, Japon.
  • L’étude évalue l’impact de l’Antimicrobial Stewardship Program (ASP) dans la prise en charge des patients traités par vancomycine ayant une culture SARM+ et présentant des signes cliniques d’infection.
  • Échantillon de 28 patients en pré-implantation du programme et 51 patients en post-implantation ayant bénéficié de l’intervention pharmaceutique.
  • L’intervention du pharmacien consiste à évaluer les prescriptions des patients SARM+ sous vancomycine et émettre des recommandations afin d’individualiser la thérapie et atteindre les paramètres cibles (CMI, AUC, fourchette thérapeutique). L’impact de l’ASP est évalué à partir des données pré-implantation et post-implantation sur notamment le nombre de patients ayant atteint les paramètres cibles,le taux de mortalité à 30 jours, la durée d’hospitalisation,  les cas de néphrotoxicité et le taux d’acceptation des interventions pharmaceutiques.
  • Amélioration significative du nombre de patients se situant dans la fourchette thérapeutique cible suite à l’implantation du programme; Pré implantation: n=11/28, 39% contre Post-implantation : n= 43/51, 84% (p < 0,01).
  • Amélioration significative du pourcentage de patients ayant atteint les taux cibles PK/PD (AUC 0-24 h/CMI >400) ; Pré implantation: n=8/15, 53% contre Post implantation : n=42/50, 84% (p = 0,013).
  • Diminution significative du nombre de patients ayant un taux de vancomycine infra-thérapeutique. Pré implantation: n=13/28, 46% contre Post implantation : n=6/51, 12% (p < 0,01).
  • Diminution non significative du nombre de patients ayant un taux de vancomycine supra-thérapeutique ; Pré implantation: n=4/28 14%, contre Post implantation : n=2/51, 4%  (p = 0,096).
  • Le taux de mortalité 30 jours après l’initiation de la thérapie (p = 0,51), la durée d’hospitalisation (p=0,52) et l’incidence de cas de néphrotoxicité (p = 0,37) ne différent pas entre les deux groupes.
  • 70% des recommandations d’augmentation de dose, 94% des recommandations de diminution de dose et 100% des recommandations de changement d’antibiotiques ont été acceptées.

Ce que nous savions déjà :

  • Les rôles et retombées du pharmacien en infectiologie sont relativement bien documentés. Nous avons recensé plusieurs études indexées dont PMID21437676, PMID12637133 et PMID22095578.
  • Une étude réalisée aux États-Unis évalue l’impact clinique d’un suivi des traitements de vancomycine fait par le pharmacien. PMID27636875
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie, en particulier la fiche synthèse Infectiologie pour en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien dans ce domaine.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Qu’en est-il de l’évaluation pharmaceutique de la dose initiale prescrite ?
  • La taille de l’échantillon est faible et les deux groupes sont hétérogènes, pouvons-nous extrapoler ces résultats ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Promouvoir les avantages les résultats de cette étude pour justifier l’instauration d’un poste de pharmacien dédié aux suivis et au monitoring des anti infectieux.
  • Participer aux décisions de dosages et d’ajustements.

Auteurs: Éléonore Ferrand, Kristina Bourdeau

Création : 25 avril 2019

Quel est l’impact du pharmacien sur la prophylaxie des infections opportunistes des patients VIH ?

20180725 visual abstract - Schatz

Schatz K, Guffey W, Maccia M, Templin M, Rector K. Pharmacists’ impact on opportunistic infection prophylaxis in patients with HIV/AIDS. J Hosp Infect. 2016 Dec;94(4):389-392.

Ce que cette étude  nous apprend :

  • Étude Avant/Après  prospective  au sein du centre hospitalier universitaire Carolinas, Charlotte, NC, USA
  • Échantillon de 42 patients âgés de plus de 18 ans, diagnostiqués HIV + et ayant un taux de CD4< 200 admis entre septembre 2014 et janvier 2015 comparé rétrospectivement aux dossiers de 57 patients hospitalisés entre janvier et mai 2014. Les patients pour lesquels un décompte des CD4 datant de moins de six moins non documenté n’ont pas été inclus dans l’étude.
  • L’intervention  pharmaceutique consistait en une évaluation quotidienne de la pertinence d’instaurer et/ou  poursuivre un traitement prophylactique chez les patients à l’étude.  Les recommandations étaient communiquées soit par téléphone soit lors des tours médicaux.
  • L’impact a été évalué en regard des interventions  sur l’usage approprié des agents prophylactiques et le taux d’acceptation des interventions  par le médecin.
  • L’intervention pharmaceutique a montré une augmentation du taux de prescription approprié d’agents prophylactiques de 58% à 93% dans le groupe intervention p<0,001.
  • Les pharmaciens ont émis 27 recommandations pour 15 patients et concernaient majoritairement l’addition d’une thérapie (25/27).
  • L’intervention a montré également une évolution des prescriptions entre l’admission et la sortie. 25 patients du groupe intervention (60%) avaient une prescription de thérapie prophylactique à l’admission qui a évolué vers une prescription de prophylaxie au congé chez 35 patients (83%) vs 42% dans le groupe contrôle vers 71% à la sortie .

Ce que nous savions déjà :

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la prise en charge des patients VIH sont bien documentés.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie, en particulier la fiche synthèse « VIH » pour en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien dans ce domaine.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Quelle est la place des interventions et des recommandations faites par l’équipe de cliniciens infectiologues ?
  • Quelle est la place des interventions et des recommandations faites dans le groupe contrôle par les pharmaciens participant aux tours médicaux ?
  • L’observance des patients aux thérapies anti rétrovirales ne devraient-elles pas être explorées ?
  • L’échantillon était-il assez grand ?
  • La durée de l’étude était-elle assez longue ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Évaluer l’observance des patients VIH et les sensibiliser sur l’éventuelle survenue de maladies opportunistes.
  • Connaitre le taux de CD4 des patients et les guidelines relatives aux thérapies prophylactiques.
  • Sensibiliser les soignants sur ces thérapeutiques compte tenu de l’impact des infections opportunistes sur la morbidité des patients.

Auteur : Éléonore Ferrand

Création : 10 juillet 2017

 

Optimisation pharmacocinétique des prescriptions de vancomycine par des pharmaciens disponibles 24h/24h

20180725 visual abstract - Han

Han Z, Pettit NN, Landon EM, Brielmaier BD. Impact of Pharmacy Practice Model Expansion on Pharmacokinetic Services: Optimization of Vancomycin Dosing and Improved Patient Safety. Hosp Pharm. 2017 Apr;52(4):273-279.

Ce que cette étude nous apprend :

  • Étude de cohorte rétrospective au sein d’un hôpital universitaire de l’Illinois aux USA.
  • Échantillon de 300 patients âgés de plus de 18 ans recevant de la vancomycine IV répartis comme telle : 150 admissions entre mai 2009 et avril 2010 forme le groupe contrôle et 150 admissions entre novembre 2010 et octobre 2011 forme le groupe intervention. Les caractéristiques des patients entre les deux groupes étaient assez similaires en termes de site de l’infection. Toutefois,  davantage de patients du groupe intervention présentaient des infections osseuses.
  • L’intervention pharmaceutique consistait en une évaluation de la conformité de toutes les prescriptions de vancomycine 24H/24H et 7j/7. L’intervention est comparée à un modèle où une présence pharmaceutique est assurée pendant les heures ouvrables de la pharmacie 7j/7.
  • L’impact de l’intervention est analysé en regard de l’infection, des paramètres pharmacocinétiques, de la mortalité, de la durée de séjour, de l’exposition aux soins intensifs et l’incidence de cas de néphrotoxicité.
  • L’intervention pharmaceutique a montré une augmentation significative de la proportion de patients ayant un taux plasmatique minimal de vancomycine correct : 232/458 [50,7%] groupe intervention vs 215/341 [63,0%] groupe contrôle, p <0,001).
  • L’intervention est associée à une amélioration significative de l’atteinte thérapeutique initiale chez les patients en USI (56,8% vs 28,9% , p = 0,01) et chez les patients en médecine / chirurgie (44,2% vs 20,6% , p = 0,03).
  • La durée médiane pour obtenir la première concentration minimale thérapeutique était de 4 jours dans les deux phases (p = 0,55).
  • L’intervention est associée une réduction significative de l’incidence de la néphrotoxicité associée à la vancomycine (21,1% vs 11,7%, p = 0,038) dans le groupe intervention pour une durée d’exposition similaire à la vancomycine entre les deux groupes (9 jours vs 7 jours; p = 0.19).
  • L’intervention est associée à une réduction de la durée de séjour à l’hôpital (15j vs 14j, p=0,04).
  • Enfin, la durée de la bactériémie, sa persistance, les complications métastatiques et l’échec du traitement par la vancomycine sont similaires entre les deux groupes.
  • Globalement l’intervention montre une optimisation des dosages de la vancomycine, une amélioration de l’atteinte thérapeutique et de l’innocuité du traitement.

Ce que nous savions déjà :

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la gestion des antibiotiques et des maladies infectieuses sont bien documentés.
  • Deux études évaluent l’impact des modifications à l’initiative du  pharmacien concernant les thérapies anti infectieuses aux urgences PMID24024759, PMID24985944.
  • Une étude évalue l’impact de l’intervention du pharmacien sur les ajustements des doses d’antibiotiques des patients en sepsis et dialysé en soins intensifs : PMID21546643.
  • Une étude évalue l’impact du  pharmacien sur l’ajustement des aminosides des patients en sepsis PMID12637133.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie, en particulier la fiche synthèse « Infectiologie » pour en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien dans ce domaine.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Quel est le coût associé à cette extension de service ?
  • Quelle est l’implication des cliniciens infectiologues ?
  • Les données retrospectives receuillies dans les dossiers patients sont elles fiables ?
  • Quel est le niveau d’acceptation de ce service dans les services de soins ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Participer aux décisions de dosages et d’ajustements.
  • Évaluer l’impact d’une telle intervention chez les patients dialysés.
  • Proposer une présence pharmaceutique plus importante en commencant, d’après ces résultats, par les soins intensifs.

Auteur : Éléonore Ferrand

Création : 10 juillet 2017

 

Quel est l’impact du pharmacien dans la prise en charge des infections à Clostridium Difficile ?

20170718 visual abstract - Hammond

Hammond DA, Hughes CA, Painter JT, Pennick RE, Chatterjee K, Boye B, Meena N. Impact of Targeted Educational Interventions on Clostridium difficile Infection Treatment in Critically Ill Adults. Hosp Pharm. 2016 Dec;51(11):901-906.

Ce que cette étude  nous apprend :

  • Étude de cohorte rétrospective monocentrique au sein d’un hôpital universitaire de l’Arkansas, Etats-Unis.
  • Deux échantillons de 12 patients chacun, admis pour infection sévère  à Clostridium Difficile admis entre janvier  et juin 2015 pour le groupe intervention et admis entre janvier et juin 2014 pour le groupe contrôle. Le diagnostic de l’infection reposait sur la détection de la toxine, l’antigène et ou une PCR positive. Tous les patients inclus prenaient des antibiotiques au diagnostic et 84% d’entre eux étaient sous anti acide.
  • L’intervention pharmaceutique consistait à évaluer le retentissement des sessions d’éducation auprès des soignants sur la prise en charge des infections à Cd. Les recommandations étaient présentées sous forme d’une présentation orale et une carte de poche présentant les algorithmes thérapeutiques était délivrée au soignant.
  • L’intervention  pharmaceutique a montré une augmentation significative de la conformité des prescriptions aux recommandations de traitement : Traitement approprié à 92% dans le groupe intervention et à 42%  dans le groupe contrôle (p=0,03) avec une utilisation moins fréquente de doses  inappropriées : 14 doses dans le groupe intervention contre 30 doses dans le groupe contrôle.
  • Toutefois, la répercussion en terme de durée de séjour a montré que les patients du groupe contrôle ont une durée de séjour plus courte en soins intensifs (1,5 j vs 3,5j) mais une durée de séjour totale équivalente (9,5j vs 11,5j).

Ce que nous savions déjà :

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la gestion des antibiotiques et des maladies infectieuses sont bien documentés.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie, en particulier la fiche synthèse « Infectiologie » pour en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien dans ce domaine.
  • De plus, un article présente les rôles et retombées du pharmacien  pour réduire les prescriptions d’anti acide PMID28622739.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Quel est l’impact clinique des interventions du pharmacien ?
  • Quel est l’impact sur la récurrence des infections ?
  • Quel serait l’impact des interventions sur un échantillon de patients plus grand ?
  • Les thérapies anti acides ont-elles été poursuivies pendant le traitement à C.d ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Proposer des interventions similaires dans  votre établissement et les adapter aux  mises à jour.
  • Évaluer l’impact de vos interventions.
  • Sensibiliser les prescripteurs sur l’incidence des infections à Clostridium difficile lors d’exposition aux thérapies anti acides.

Auteur : Éléonore Ferrand.

Création : 12 juillet 2017

 

Le pharmacien réduit il le taux de prescription d’anti acide à l’hôpital ?

20170807 visual abstract - Belfield

Belfield KD, Kuyumjian AG, Teran R, Amadi M, Blatt M, Bicking K. Impact of A Collaborative Strategy to Reduce the Inappropriate Use of Acid Suppressive Therapy in Non-Intensive Care Unit Patients. Ann Pharmacother. 2017 Jul;51(7):577-583.

Ce que cette étude  nous apprend :

  • Étude rétrospective avant/après au sein d’un hôpital universitaire dans l’état de New York, USA.
  • Échantillon de 81 patients hospitalisés (hors soins intensifs) entre janvier et février 2016 comparé aux dossiers de 61 patients hospitalisés en octobre 2015.
  • L’intervention pharmaceutique consistait en une évaluation de la pertinence des prescriptions d’anti-acides. La non-conformité des prescriptions était à l’origine de recommandations discutées avec les cliniciens. Les prescriptions de sortie, l’impact économique, l’acceptation de l’intervention, l’incidence de colite à clostridium difficile et de saignement GI ont également été explorée.
  • L’intervention pharmaceutique a montré une réduction relative de 48% sur le nombre de jour de prescriptions inappropriées entre le groupe intervention et contrôle (p<0,01) :Cent seize jours de prescriptions était inappropriés sur les 337 jours analysés contre 270 jours sur les 426 analysés dans le groupe contrôle.
  • L’intervention est associée également a une réduction relative de 75% du nombre de patients ayant une prescriptions inadaptées au congé :Trois patients parmi 81 dans le groupe intervention contre 13 patients sur 61 dans le groupe contrôle.
  • Aucun patient n’a présenté de colite a Clostridium. Un seul patient du groupe contrôle a présenté un épisode de saignement.
  • La totalité des interventions ont permis de sauver 75 $. Une réduction des coûts/patient de 87% passant de 1,03$ à 0.13$ a été constatée en comparant les données des deux groupes.

Ce que nous savions déjà :

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la gestion des thérapies acidose suppressives sont peu documentés. Toutefois, l’usage approprié de ces thérapies préoccupe un bon nombre de pharmaciens.  Nous avons recensé une étude indexée évaluant l’impact positif du pharmacien  lorsqu’impliqué dans un programme de gastro protection : PMID25820164.
  • Une revue systématique  évalue l’effet des interventions visant à réduire l’usage inapproprié des médicaments en maison de retraite : PMID21496345.

Ce qu’on se pose comme question :

  • Les patients des soins intensifs ont-ils des prescriptions appropriées ?
  • L’étude est-elle assez longue ?
  • L’arrêt des thérapies anti acide au congé  persiste-t-il dans le temps  ou sont elles reconduites en ville ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Des études ont montré qu’une exposition aux inhibiteurs de la pompe à protons favorisait la survenue de pneumopathie, ostéoporose, de carence en magnésium et vitamine b12 en plus de la survenue de colite à Clostridium.
  • Il est important de diffuser l’information et évaluer la pertinence des prescriptions en ville et à l’hôpital.

Auteur : Éléonore Ferrand

Création : 12 juillet 2017

 

Congé Estival du blogue

Impact pharmacie prend sa pause estivale.

L’équipe vous prépare pour la rentrée une diffusion des données de la littérature récentes sur les rôles et retombées des pharmaciens.

Tout cela sous forme :

  • de nouveaux blogues,
  • de nouveaux résumés visuels,
  • et de nouveaux résumés d’articles sur la plateforme Impact Pharmacie.

En attendant, voici un nuage des mots rencontrés dans le titre des articles inclus pour le contenu à venir.

Bon été à tous.

nuage-de-mots

 

Image conçue à partir du site internet nuage de mots.