Rôle joué par les pharmaciens cliniciens dans la gestion des thérapies antirétroviraux modernes chez des personnes vivant avec le VIH

Le blogue Impact Pharmacie présente périodiquement des résumés des articles clés mettant en valeur les rôles et les retombées du pharmacien et ses collaborateurs.

Type d’étude : Revue de littérature

32 articles ont été inclus dans l’analyse de cette revue. 

Recherche mise à jour en 2019.

Lieu : Cliniques externes et pharmacies communautaires

Objectif : Décrire le rôle joué par les pharmaciens cliniciens dans la gestion des thérapies antirétroviraux (ARTs) modernes chez des personnes vivant avec le VIH (PPVIH). Discuter de l’orientation future de la pharmacologie clinique dans la prise en charge des PPVIH, en particulier avec le vieillissement de la population de PVVIH.

Ce qu’on retient :

  • Une étude a mis en évidence l’impact positif d’un service d’initiation d’ARV initié par un pharmacien VIH sur les résultats cliniques des patients : les patients ayant reçu ce service avaient une probabilité plus élevée de parvenir à une suppression virale au cours des 2 premières années après l’initiation du ART (statistiquement significatif), et cet effet positif persistait après le contrôle de la fréquence de surveillance de la charge virale.
  • Dans l’ensemble, les études ont mis en évidence l’impact positif (statistiquement significatif) que les pharmaciens ont sur l’observance des ARV : ces observations découlent probablement de la capacité des pharmaciens à consacrer plus de temps aux conversations concernant les obstacles perçus par les patients à l’observance et aux stratégies pour surmonter ces obstacles.
  • Les études ont également mis en évidence l’impact positif (statistiquement significatif) des services de gestion de la pharmacothérapie (optimisation du régime) offert par les pharmaciens cliniciens sur les résultats cliniques des patients (nombre moyen de CD4, charge virale, problèmes reliés aux médicaments). 
  • Une étude portant sur 32 cas a mis en évidence l’impact positif d’un service de gestion d’échec de traitement dirigé par un pharmacien; 87,5% des patients ont eu un changement de régime antirétroviral : une réponse favorable à la charge virale, décrite comme une réduction d’au moins 0,5 log de la charge virale, dans 89% des cas et une suppression virologique complète dans 64 % de cas ont été observées.

Pour en savoir plus : Hill LA, Ballard C, Cachay ER. The Role of the Clinical Pharmacist in the Management of People Living with HIV in the Modern Antiretroviral Era. AIDS Rev. 2019;21(4):195-210. doi:10.24875/AIDSRev.19000089

Et consulter une ou plusieurs section d’Impact Pharmacie pour en savoir davantage sur ce sujet

Auteur : Carla Karamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s